lundi 3 mars 2014

Marvel Saga 16


Après une première partie plutôt sympa à suivre malgré un manque d'ambitions assez prononcé il est enfin temps pour moi de vous parler de la deuxième et dernière partie de " L'âge de Fer ". Une suite qui rattrape ses erreurs ?


Marvel Saga 16, Contient:
  • The Iron Age #2à3 [ Septembre à Octobre 2011 ]
  • The Iron Age: Omega # 1 [ Octobre 2011 ]



Le puissant Phénix Noir à était réveiller de son sommeil et à détruit le monde. In-extrémis, Iron Man à réussi à fuir a ce cruel destin en utilisant la machine temporelle créer par Fatalis. Mais voilà que le héros se retrouver bloquer dans le passé dépourvu d'armure à chercher une solution. Retourner dans le passé devient alors la seule alternative pour sauver le futur...

  
Après une première partie sympathique malgré quelque maladresse de la part des auteurs, on reprend tout et on recommence dans cette seconde partie. Mais attention car si le récit nous permet toujours de rencontrer un casting intéressant, les époques visitées sont en revanche cette fois-ci beaucoup moins pertinente. Par exemple on se retrouve dans une période assez sombre dont le contexte reste très apprécié des fans, celle où les mutants sont considérer dangereux et sont traqués comme des bêtes. Alors qu'une visite pendant cette période aurait pu amener énormément de péripétie à ce voyage, à aucun moment se contexte ne va être utiliser, mis en avant, ou même juste rappeler, on oublie donc aussi vite l'atmosphère qui caractérise pourtant à elle seule cette époque.

Et que dire de cette conclusion final qui vient alors confirmer ce que j'ai craint, cette saga n'avait finalement aucun intérêt. J'étais pourtant sur que ça allait être le cas, mais jusqu'au bout j'ai attendu ce petit rebondissement... et bien non il n'y en a aucun tout le long de l'histoire. Alors oui il est toujours aussi plaisant de découvrir l'apparition de bon nombre de personnages oubliés ou morts, mais cela ne rattrape en rien le fait que l'histoire se déroule sur une ligne droite ou il ne semble avoir guère d'obstacle. On suit donc l'épopée d'Iron Man qui se laisse lire mais qui finalement reste quand même très vide.


Sorte de clin d’œil à ce qu'à fait Lee Weeks dans la première partie, Todd Nauck à décidé lui aussi de donner une impression de rétro à son trait et surtout à ses personnages. Ses dessins sont vraiment très bon et sa Dazzler est juste parfaite. Ron Frenz lui aussi utilise un style similaire quoique un peu moins prononcé qui est pas mal mais qui malheureusement n'est pas si bon d'une page à l'autre, sa performance est donc correct mais sans plus. Seul ombre au tableau, le trait de Roberto De La Torre qui risque de diviser énormément. Il est certes indéniable que l'artiste à voulu offrir un petit côté artistique à ses planches, seulement voilà cela n'est que ma version des choses car on reste bien tenté de dire que c'est juste très brouillon. Autant les dessins de Rebekah Isaacs était plutôt bon sur la première partie autant ils sont totalement décevant dans ce numéro " Omega ", là aussi ça fait très brouillon mais cette fois-ci ce n'est en rien un style.


Les dessins de Todd Nauck sont vraiment super !


Une conclusion des plus prévisible, un récit plutôt bon mais qui as du mal à surprendre bref une fois de plus il est difficile de se prononcer sur cette mini-série. D'un côté on prend plaisir à la lire, les dessins sont dans l'ensemble vraiment pas mal et on revoit des héros qu'ont aurait un peu trop tendance à oublier; de l'autre le scénario n'a finalement que peu de saveurs il n'a rien de concret à nous mettre sous la dent et l'intrigue de base n'a rien de vraiment accrocheuse car le poids qui pèse sur les épaules du héros ne se ressent à aucun moment du récit. Encore une fois je me répète, si il y avaient de très bonne idées elle reste mal exploitées pour la plupart.


12/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire