vendredi 28 février 2014

Marvel Saga 15


Pour la première fois après plus de 3ans d'existence, Marvel Saga accueille dans ses pages Iron Man dans sa propre mini-série " L'âge de Fer ". Une première fois convaincante ?


Marvel Saga 15, Contient:
  • The Iron Age: Alpha #1 [ Août 2011 ]
  • The Iron Age #1à2 [ Août à Septembre 2011]


Le puissant Phénix Noir à était réveiller de son sommeil et à détruit le monde. In-extrémis, Iron Man à réussi à fuir a ce cruel destin en utilisant la machine temporelle créer par Fatalis. Mais voilà que le héros se retrouver bloquer dans le passé dépourvu d'armure à chercher une solution. Retourner dans le passé devient alors la seule alternative pour sauver le futur...


Si l'idée de base du scénario sonne trop peu original pour vraiment enthousiasmer les foules il ne faut cependant pas se limiter au simple résumer que je vous propose, car en réalité il est bien plus intéressant qu'il n'y parait. Tout d'abord parce que le héros n'est pas en possession de sa technologie ce qui le rend vulnérable mais aussi car le récit débute de manière assez explosive sur un présent qui est donc terminer. De plus les divers époques où il va atterrir ne sont clairement pas celles où il préférer être et quelque part représente une épreuve assez difficile à vivre pour lui. On y retrouve alors un Tony Stark en pleine réflexion sur la possibilité d'altérer le futur quant à ses actes dans les diverses périodes de sa vie qu'il visite mais aussi à une légère remise en question sur sa personne vis à vis des actes qu'il à pu commettre des années auparavant dans sa vie.


Malheureusement même si il y avaient de très bonne idées elle reste mal exploitées pour la plupart. Les possibilités et les répercussions possible qu'aurait pu engendrer ce récit sont conséquentes, on aurait pu s'imaginer bien des choses mais pourtant à aucun moment les scénaristes ne vont se permettre quelconque folie, ce qui se révèle très décevant pour le lecteur qui s'imaginer voir jaillir quelque chose d'inattendue de cette aventure. Par exemple, il aurait pu trouver une solution pour s'empêcher de tomber dans la boisson et par conséquent " supprimer " sa période sombre d'alcoolique*, ou encore se donner les idées nécessaire à développer la technologie qu'il connaît pour pouvoir se retrouver avec quelque chose d'encore plus pousser dans le présent.


Dans l'ensemble les dessins sont plutôt bons même si pour moi avoir un dessinateur différent à chaque épisode reste problématique. Que se soit Rebekah Isaacs ou Nick Dragotta les planches sont détaillé et le trait de chaque artiste reste plutôt agréable à découvrir même si rien de vraiment spécial se dégage de leurs travail. Ben Oliver quant à lui nous propose un travail en aquarelle vraiment super mais qui malheureusement a du mal à trouver sa place par rapport aux autres épisodes dessiné de manière beaucoup plus classique. A noter cependant que la performance de Lee Weeks reste à saluer, car l'artiste a prit la décision de dessiner de façon à donner un aspect " old shcool " à son travail ce qui donne presque le sentiment d'observer des planches d'époque et il faut avouer que c'était plutôt bien joué.

* Cf: " Iron Man: Le diable en Bouteille "

Le passé finit toujours par nous rattraper...
Le récit propose un casting intéressant





Au final, même si je suis assez déçu sur certains point du scénario et sur son intérêt des plus limité, ce récit reste néanmoins sympathique. Il reste vraiment dommage selon moi qu'il n'y est eu jusqu'alors aucune répercussion. De ce fait je me permet de rester quelque peu sceptique concernant la suite tout en étant assez curieux de la lire.


13/20  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire