mercredi 5 février 2014

Marvel Heroes Extra 11


Après un dernier numéro placé sous le signe de Fear it Self, il est temps pour la revue de revenir à la normal et de nous proposer une fois de plus une saga complète hors-continuité. Ce mois-ci Panini nous propose une mini-série consacré à THOR signé Paul Jenkins. Mais que vaut-elle vraiment ?



Marvel Heroes Extra 11, Contient:
  • THOR: Heaven & Earth #1à4 [ Septembre à Novembre 2011 ]


THOR: Heaven & Earth est une mini-série racontant brièvement quelques-uns des événements les plus troublant de la vie du Dieu du Tonerre. Chaque histoire est raconté dans le feu de l'action, un peu à la manière d'un extrait et nous propose uniquement le plus intéressant comme le ferait une bande-annonce de film hollywoodiens.
  

Regarder un extrait de série aussi bonne soit-elle n'est en rien représentatif de sa qualité global . Selon moi, amputée une histoire de son propre contenue n'as rien de plaisant bien au contraire. C'est comme regarder un film alors qu'il est déjà commencer, ce que vous allez voir n'est pas forcément mauvais et ne va pas nécessairement vous déplaire mais avouer que d'avoir louper le début vous agace. Et bien c'est la même chose pour les récits concocter par Paul Jenkins. Le " bout d'histoire " que vous allez lire n'est pas mauvais, mais le fait est que de ne pas vraiment connaître la situation ni même pourquoi les événements que nous lisons sont arriver rend finalement le tout vraiment bancale. On est donc obligé de lire les différents passages de la vie de THOR sans se poser de questions et honnêtement la pilule passe mal...


En ce qui concerne les dessins je ne vais y aller par quatre chemins, c'est la catastrophe à tout les niveaux. Je n'ai rien contre les dessins à l'aquarelle au contraire c'est un style plutôt plaisant lorsque ce dernier est maîtriser, mais le premier épisode signé Ariel Olivetti est une horreur. C'est franchement très moche, ça pique les yeux et cela rend l'histoire presque grotesque.

 Le 2e épisode de Mark Texeira ne fait guère mieux, les formes sont la mais pas le fond. Difficile de savoir qui est le coupable ici mais une chose est sûr, la colorisation des planches est vraiment mauvaise et si on ajoute à cela le manque de détails flagrant à chacune des cases c'est vraiment décevant. Les couleurs associé au dessin font ressortir un côté assez " sale " qui semble mettre en avant tout les défaut du trait de l'artiste. Le constat est sans appel c'est également bien mauvais.

 Le 3e épisode signé Pascal Alixe est lui aussi une grosse déception, car il souffre des même problèmes que le précédent. 

 Heureusement le 4e épisode concocté par Lan Medina relève enfin le niveau ! Son travail n'en pas transcendant pour autant, mais au vu de la qualité des autres épisodes, ça pourrait finalement être lui le " demi-dieu parmi les hommes " et non le THOR qui nous est présenter depuis le début dans ces pages. Son trait est correct malgré quelque imperfections sur les visages, mais son travail à lui le mérite d'être un minimum détailler et la colorisation des planches est bien meilleure. De plus sa double page de milieu d'épisode à une sacré gueule et c'est certainement la seule chose que je retiendrais de ces 96 pages.

L'aquarelle d'Ariel Olivetti est totalement indigeste
Le 4e épisode relève le niveau jusqu'alors très bas...




En bref, mettre Paul Jenkins au scénario n'est pas toujours gage de qualité. La preuve ici même, puisque la renommée de l'artiste n'a en rien suffit à sauver le naufrage. Ce numéro est une vrai déception, les histoires ne sont finalement que des fragments de récits mis bout à bout et les dessins sont catastrophique. Un numéro à oublier très vite !


7/20  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire