lundi 11 février 2013

VAMPIRELLA T1



Reprit en 2010 par Dynamite, le renouveau de la série Vampirella débarque enfin en France sous le label Fusion Comics. Mais la nouvelle série est-elle aussi bonne que l'original de 1969 ?



Ce 100% Fusion Comics, Contient:

  • Vampirella #1à7 [ Novembre à Mai 2011 ] 

Dans sa quête de vengeance envers Dracula, Vampirella va découvrir qu'une nouvelle race de vampire semble se répandre sur la ville. Une race plus féroce que jamais et dont la soif sans limite les pousse à traquer de nouvelles proies à chaque instant. En menant sa petite enquête Vampirella va alors voir l'envers du décor, chose qu'elle n'aurait peut-être jamais voulu connaitre.



Afin de prendre un bon départ avec cette nouvelle série, mais aussi d'attirer par la même occasion certains nouveaux lecteurs; en plus d'être plutôt bon le scénario écrit par Eric Trautmann à le mérite d'être plus ou moins facile d'accès. Mais d'entrée de jeu il faut le dire, le scénario en lui même n'est que moyennement original étant donné que le filon des histoires de vampires à était un peu surexploité ses dernières années. Mais malgré cela cette histoire reste à mes yeux plutôt intéressante.

 Vampirella se découvre ici une nouvelle ennemie, une comtesse du nom de " Le Fanu " qui semble manipuler les vampires. Mais elle ne se fera pas que des ennemies car elle fera aussi la rencontre de Sofia, une humaine qui n'as pas froid aux yeux et qui deviendra temporairement sa partenaire. Très vite Vampirella va comprendre que son plus gros problème n'est pas Le Fanu mais YAD-ATH Vermellus un vers démoniaque géant qui utilise les vampires pour étancher son incommensurable soif. Un défi de taille qui va l'amener à faire équipe avec... Vlad !

Un bon moment de lecture, même si j'ai trouvé qu'arriver à la moitié l'histoire faisait un peu du surplace avant de reprendre son rythme normal. Une histoire au langage cru et aux dessins à la fois sombre et sanglant mais qui a son charme. Le 7e épisode quand à lui nous en apprend un peu plus sur le personnage de Sofia, chose bien pensé étant donner que jusque-là le personnage n'était qu'un simple bouche-trou visible en arrière-plan, ici le personnage semble enfin trouvé un sens au côté de la belle et sulfureuse Vampire.

 Dans l'ensemble, malgré quelques doubles pages plutôt réussis, les dessins de Wagner Reis sont parfois un peu juste. Certaines cases sont détaillées mais d'autres le sont beaucoup moins, c'est donc un peu dommage que le niveau oscille d'une page à l'autre. Mais les couleurs parfois très sombre ( univers oblige ) ne mettent peut-être pas toujours les dessins en valeurs, ce qui explique le résultat final. Mais ce n'est pas catastrophique pour autant, bien sûr.

Dans un style un peu différent Walter Geovani qui lui ne dessine que le 7e épisode, a su retenir mon attention . Certaines planches sont vraiment jolies et certains détails ( notamment les expressions ) m'ont bien plu. Les couleurs sont moins sombre que dans les épisodes précédents ce qui est plutôt agréable et permet de mettre un peu plus en valeurs les dessins.

 De manière général, l'histoire ne nécessite pas de connaissance propres vis à vis de la série. Mais lire quelques une des aventures antérieurs ( Semic ) avant de s'attaquer à cette nouvelle série est une alternative non négligeable; Ne serait-ce que pour comprendre la relation de Vampirella avec Dracula ou Van Helsing par exemple.

<< Une histoire au langage cru et aux dessins à la fois sombre et sanglant mais qui a son charme. >>


 Au final, Vampirella (re)commence plutôt bien. Malgré un petit manque d'originalité, et des dessins correct la formule fonctionne assez bien et c'est le principal. Seulement, même si il s'agit d'une bonne lecture, au vu de la qualité global du titre je ne peux que vous conseiller d'acheter ce tome d'occasion, car 18,30€ ça reste bien chère payer pour une simple histoire de vampire.

13/20*

* 1 point a était retiré de la note final en raison du prix exorbitant de ce premier tome

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire